Yun Hwa Sangha
 

Préceptes

6528 – Monastère Bouddhiste du Lotus, le 24 avril 2010

Le Bouddha Shakyamuni dit toujours de garder les cinq préceptes:

1.     S’abstenir de prendre la vie.

2.     S’abstenir de mentir.

3.     S’abstenir de prendre ce qui n’est pas donné.

4.     S’abstenir de commettre des actions sous l’emprise du désir sexuel.

5.     S’abstenir de prendre des substances toxiques dans le but de s’étourdir l’esprit.

Si l’on est capable de respecter ces cinq préceptes, on sera toujours sur la voie correcte, on éliminera nos impuretés et on se sauvera de la difficulté. On n’empruntera pas la voie du karma négatif.

Même si l’on a fait de nombreuses erreurs et mauvaises actions dans notre vie, si l’on garde à présent ces cinq préceptes, nos erreurs et nos mauvaises actions passées disparaitront. Dans le futur, on pourra demeurer sur la voie correcte tout en accumulant la prospérité et le bonheur. Vie après vie, on pourra vivre une vie des plus satisfaisante.

C’est la raison pour laquelle, après qu’Il eût atteint l’Illumination, le Bouddha Shakyamuni nous a donné cette méthode correcte pour garder les cinq préceptes. Si tout le monde gardait ces cinq préceptes, tout le monde pourrait vivre très bien, sans lutter ni souffrir.

Regardons les cinq préceptes de plus près:

1.     S’abstenir de prendre la vie. En tuant, on crée beaucoup de karma négatif parce que tous les êtres sensibles appartiennent en réalité à une même famille. Tuer les autres, c’est en fait se tuer soi-même. Tuer est le karma négatif le plus grave que l’on puisse créer. Il n’y a aucune promesse de pouvoir renaître sous forme d’être humain ou d’être sensible.

2.     S’abstenir de mentir. On ment pour protéger notre petit “je-mon-moi” et pour notre propre protection. Plus on ment, plus on s’éloigne de la vérité. Quand on est loin de la vérité, on perd la protection et la sécurité. On aura toujours des craintes inutiles et on mènera une vie sans assurance. En même temps, personne ne voudra croire une telle personne. Ne pas recevoir la confiance ni l’opinion des autres est pire que de vivre seul dans le désert. Si l’on commet une erreur, on devrait être honnête et s’en repentir. Mais celui qui trouve toujours des excuses pour dissimuler ses erreurs tombe dans l’une des catégories du mensonge.

3.     S’abstenir de prendre ce qui n’est pas donné. Du point de vue karmique, lorsque l’on vole, on se perd en fait soi-même. Se perdre soi-même est très grave. On ne peut pas vivre une vie prospère. A cause de ce karma, on a du mal à sortir de la pauvreté et l’on souffre toujours.

Lorsque c’est l’opposé qui est le cas et que quelqu’un à l’esprit d’offrande, une grande prospérité se présentera à cette personne. Elle vivra une vie très heureuse, vie après vie. C’est la raison pour laquelle parmi les Six Paramitas, la Paramita de l’offrande est la première.

Si l’on est capable de garder les cinq préceptes tant que l’on a cette forme humaine, on vivra une vie merveilleuse et pleine de prospérité.

J’expliquerai les deux autres préceptes plus tard, dans un enseignement séparé.

 

 

6530 – Monastère Bouddhiste du Lotus, le 26 avril 2010

Dans les cinq préceptes, le quatrième précepte consiste à s’abstenir de commettre des actions sous l’empire du désir sexuel – plus particulièrement, de ne pas commettre l’adultère. Ce précepte est destiné en particulier aux relations entre hommes et femmes. Si, pendant une relation, un homme ou une femme recherche une autre relation, cette personne crée un karma de relation.

Il en est ainsi parce que lorsque l’on a un partenaire et que l’on recherche un autre partenaire, on perd en fait la foi et la confiance du partenaire avec qui l’on est. L’amour disparaît alors et à la fin, les deux personnes se font des reproches et vont même jusqu’à se détester. Elles peuvent même devenir des ennemis. Elles créent un karma de relation qui finit par devenir un “sal” de relation.

Une fois que l’on a créé ce “sal” de relation, il est difficile de trouver un partenaire qui puisse nous faire confiance, nous aimer et prendre soin de nous. En même temps, si l’on a des enfants, on risque de leur transmettre ce genre de souffrance.

Si l’on a trop de désir sexuel et que l’on commet l’adultère, on perd en fait notre dignité correcte en tant qu’être humain. On se perd, et vie après vie, on mène une vie difficile.

Parfois, à cause de nos nombreuses vies passées, on a un karma de relation; alors dans cette vie-ci, on rencontre un partenaire difficile à vivre avec qui l’on doit s’accorder. On vit souvent une vie pleine de souffrance. Si l’on se trouve dans une telle situation avec notre partenaire, on devrait s’efforcer des deux côtés de ne pas se faire souffrir mutuellement et d’essayer de réparer ce karma relationnel correctement.

Mais si le couple n’est pas capable de résoudre ses problèmes, peu importe à quel point les partenaires ont essayé, il est alors plus sage de faire une pause dans cette connexion-relation plutôt que de traverser encore plus de difficultés. Pendant que les partenaires prennent de l’espace l’un par rapport à l’autre, ils devraient se sonder pour voir quelles erreurs ils ont commises. Une fois qu’ils auront trouvé ce qu’ils ont fait de mal et qu’ils seront capables de réparer ces points-là, ils pourront essayer à nouveau. C’est la meilleure méthode.

Mais si le couple n’est pas capable de résoudre ses problèmes, même après avoir essayé cette méthode, et si cette connexion-relation ne va se poursuivre que pour se blesser et se faire du mal mutuellement, il peut être plus sage, pour le bonheur de chacun, de mettre un terme à cette connexion-relation. Procéder ainsi permettra au couple d’éviter de créer plus de karma relationnel. Je dirais que c’est une sage méthode. Qu’en pensez-vous?

P.S. Le dernier paragraphe n’est pas une option pour les couples éternels.

 

 

6531 – Monastère Bouddhiste du Lotus, le 27 avril 2010

Que l’on soit vivant, ou même après notre mort, si l’on n’est pas clair, on devient l’esclave de soi-même. On a des difficultés à échapper aux Six Voies du Samsara et à l’ignorance. On finit par se perdre soi-même et par vivre une vie pleine de souffrance. C’est pourquoi le Bouddha Shakyamuni dit que nous devons être clairs et ne pas nous perdre nous-mêmes, de façon à pouvoir vivre des vies très heureuses et remplies de reconnaissance.

Nous pouvons tous faire cela. C’est pour cette raison que le Bouddha Shakyamuni nous a donné 84 000 enseignements et les préceptes. Dans les cinq préceptes, le dernier précepte consiste à s’abstenir de prendre des substances toxiques dans le but de s’étourdir l’esprit. La raison en est que tant que l’on respecte ce vœu, on ne se perdra pas soi-même. On sera toujours clair, si bien qu’on ne commettra pas d’actions ignorantes que l’on regrettera; ainsi, on n’accumulera pas de karma négatif. En même temps, on deviendra un être humain correct qui accomplit son devoir correct et sa fonction correcte tel qu’un être humain le devrait. On pourra alors avoir une vie des plus joyeuse et des plus reconnaissante, vie après vie.

Quand on utilise de l’alcool, par exemple pour notre santé, ou comme un remède spécifique pour notre corps, si on le fait avec modération, on ne se perdra pas soi-même et on ne brisera pas les préceptes.

Mais lorsque l’on prend trop d’alcool et que l’on prononce des paroles ignorantes et que l’on commet des actions ignorantes, ce qui ennuie les autres et nous apporte de la souffrance, alors on brise le précepte. C’est la raison pour laquelle le Bouddha Shakyamuni a créé ce dernier précepte, pour que nous ne sortions pas de la voie correcte.

Habituellement, lorsqu’on boit trop d’alcool, on perd le temps précieux du “moment-après-moment”. A ce moment-là, si l’on commet une erreur, cette erreur durera longtemps; parfois, elle peut même se prolonger jusque dans notre vie suivante. On peut ainsi causer notre propre perte.

Le Bouddha Shakyamuni dit que celui qui garde les préceptes ne tombera jamais sur la voie mauvaise et maléfique.

Ce que je vous enseigne n’est pas nouveau. Vous en avez entendu parler auparavant soit dans cette vie soit dans une vie passée. Cet enseignement est simplement pour nous rappeler que nous pouvons être clair et vivre correctement dans cette vie et dans les vies futures. Croire dans dans cet enseignement est entièrement lié à la décision que vous faites en le lisant. De plus, appliquer ses propres concepts à cet enseignement est le choix du lecteur lui-même. © Ji Kwang Dae Poep Sa Nim

Nouveau

Calendar 2018

Moon calendar: The blue numbers are the moon dates. 1 is New Moon and 15 is Full Moon

Suivez-nous!
EN | DE | FR | ES